Conférences Infopresse

    Toutes les conférences

    InfopresseJobs

    Les offres d’emplois du jour

    Double-cliquez dans cette zone pour éditer le bloc.
    TITRE DU POSTE
    NOM DE LA COMPAGNIE

    DESCRIPTION DU POSTE [...]



    Concours Infopresse
    Les villes plus populaires que les marques dans les médias sociaux?
     
    Cliquez pour accéder à Villes virtuelles 2012

    Hubrid et Misspixels ont dévoilé Villes virtuelles 2012, un portrait web 2.0 des municipalités québécoises qui montre une montée en force des médias sociaux.

    Si seulement 58% des 50 plus importantes municipalités du Québec entretiennent pour l'instant une présence courante sur les médias sociaux, comparativement à 78,1% des internautes au Québec, selon les chiffres du Cefrio, cet écart pourrait rapidement s'estomper. En fait, selon les données présentées dans Villes virtuelles 2012, le taux de croissance annualisé par rapport à l'utilisation des médias sociaux a été de 133% parmi les municipalités déjà présentes sur Facebook ou Twitter. Des villes comme Montréal, Salaberry-de-Valleyfield et Baie-Comeau ont même connu des progressions respectives de 338%, 312% et 263%. 

    Selon Hughes Chandonnet, directeur de création d'Hubrid, et coauteur de l'étude, le potentiel de croissance serait encore très important. «En à peine quatre mois, nous avons observé d'importants changements. De nouveaux comptes se sont créés, l'utilisation s'intensifie et il semble y avoir un effet boule de neige. C'est une course qui ne fait que commencer. D'ailleurs, on ne note pas encore un grand écart entre les lièvres et les tortues, ce qui risque de changer dans les prochains mois.»

    Fait intéressant pour les municipalités, elles afficheraient un taux d'engagement moyen de 13,9% sur leurs pages Facebook, ce qui est nettement supérieur aux taux des pages de plusieurs grandes entreprises, dont la moyenne observée a oscillé de 2,5 à 5%. «Il y a un intérêt manifeste des citoyens, qui semblent vouloir échanger avec leur municipalité, ajoute Hughes Chandonnet. Si l'on met en perspective les données du Cefrio et de StatHebdo, le taux de pénétration des médias sociaux est environ de 64% au Québec, tout comme le taux de lecture des hebdomadaires. Pour les municipalités qui tentent de parler à leurs différents publics, on ne peut négliger cet aspect. Au contraire, on doit en prendre avantage.»

    Commentaires

    1. Par Audrée, Office du tourisme de Québec
      vendredi, 19 octobre 2012 à 09:39

      La Ville de Québec est active sur Twitter et Youtube en ce qui concerne les informations citoyennes.

      Cependant, l’Office du tourisme de Québec, service de la Ville de Québec, est également présent sur plusieurs canaux; Facebook, Twitter, Youtube, Google+ et Pinterest.

    2. Par Christian Leray, www.prismemedia.com
      vendredi, 19 octobre 2012 à 12:03

      Regards RP a publié il y a quelques semaines un article qui traite de l'utilisation par Victoriaville des médias sociaux (www.sqprp.ca/.../l-urgence-de-communiquer---le-cas-Victoriaville.aspx).

      On y traitait surtout de l'utilisation en temps de crise (lors de la tenue du congrès du Parti Libéral) mais le maire de la Ville indiquait clairement qu'il adorait utiliser cet outil pour avoir un contact direct avec ses administrés. Les villes réalisent peu à peu le potentiel des médias sociaux et donc mettent les bouchées double.

    3. Par Pierre Villeneuve
      dimanche, 21 octobre 2012 à 10:50

      Extrait de l’article Ville 2.0 : Saint-Lazare, l’avant-gardiste, de Marie-Ève Maheu, Radio-Canada Rive-Sud

      « Savoir accepter la critique

      Les villes qui s’affichent sur les réseaux sociaux doivent être prêtes à prendre la critique et à être transparentes, dit Bruno Guglielminetti, directeur de la communication numérique pour National. « Si vous n’êtes pas prêt à recevoir des commentaires, n’y allez pas, parce que c’est ce que vous allez avoir. Mais une personne qui n’est pas contente de sa municipalité va quand même en parler sur les médias sociaux. La différence, c’est que si la Ville y est, elle peut lui répondre. »

      Avec la nouvelle "nétiquette" de la page Facebook de la Ville-de-Salaberry-de-Valleyfield, l'administration du maire Denis Lapointe fait la preuve qu'elle est loin d'être prête à prendre la critique et à être transparente. Au contraire, elle a délibérément fait le choix de censurer toute expression citoyenne qui questionne sa gestion ou ses façons de faire.

      Pierre Villeneuve

      Salaberry-de-Valleyfield

    4. Par Sophie Lepage, Ville de Montréal
      mardi, 23 octobre 2012 à 02:19

      Merci pour ce premier rapport, qui offre un éclairage fort utile sur l’utilisation des médias sociaux dans le secteur municipal. La Ville de Montréal est heureuse d’y être nommée « championne de la croissance ». Nous poursuivons nos efforts en ce sens. Consultez notre section « Médias sociaux à la Ville » pour accéder rapidement à l'ensemble de nos comptes Facebook, Twitter, Flickr et YouTube : http://goo.gl/60mD9

    Laisser un commentaire

    * requis  
    * requis